Tel

06 72 92 14 60

cabinetaquazen
Horaires d'ouverture

Mardi- Vendredi- Samedi-Dimanche 17h-22h

les ablutions

L’eau joue un rôle important dans la plupart des religions, soit comme divinité, soit comme principe primitif des êtres, soit comme moyen d’ablution et de purification. Beaucoup d’anciens peuples considéraient l’eau comme une divinité. On rendait un culte aux fontaines, aux puits, aux fleuves, à la mer, la pluie, etc. Voici quelques exemples de ces conceptions :

Chez les Grecs.
Hésiode recommande, comme un devoir de religion, d’adresser sa prière aux dieux des fleuves, le visage tourné vers leurs eaux, et de s’y laver les mains avant que de les traverser. 

« Les dieux, ajoute-t-il, font sentir leur colère à ceux qui traversent un fleuve sans s’y être lavé les mains. »

Lorsque les Hindous font la cérémonie journalière appelée Sandhya, ils adressent à l’eau les invocations suivantes :

« Eau de la mer, des fleuves, des étangs, des puits, et enfin de tout autre endroit quelconque, soyez favorable à mes prières et à mes voeux! Ainsi qu’un voyageur fatigué par la chaleur trouve du soulagement à l’ombre d’un arbre,ainsi puissé-je trouver en vous du soulagement à mes maux, et le pardon de mes péchés!

Eau! vous êtes l’oeil du sacrifice et du combat! vous êtes d’un goût agréable! vous avez pour nous les entrailles d’une mère , vous en avez aussi les sentiments! Je vous invoque avec la même confiance que celle d’un enfant qui, à la vue de quelque danger, va se jeter entre les bras d’une mère qui le chérit tendrement; purifiez-moi de mes péchés, et purifiez tous les hommes avec moi.

Eau! dans le temps du déluge, Brahma, la sagesse suprême, dont le nom ne contient qu’une lettre, existait seul, et il existait sous votre forme. Ce Brahma, répandu et confondu avec vous, fit pénitence et par le mérite de sa pénitence il créa la nuit. Les eaux, éparses sur la terre, s’étant retirées dans un même lieu , formèrent la mer. De la mer furent créés le jour, les années, le soleil, la lune, et Brahma à quatre visages. Ce dernier créa de nouveau le ciel, la terre, l’air, les mondes inférieurs, et tout ce qui existait avant le déluge.-»

Le baptême

Retraçons l’histoire

Les chrétiens ont vu dans l’Arche de Noé une préfiguration du salut par le baptême. En effet par elle « un petit nombre furent sauvés par l’eau  » (I Pierre 3, 20). En outre, selon eux, la traversée de la Mer Rouge qui permit la libération d’Israël de l’esclavage d’Egypte annonçait la libération du péché opéré par le baptême. Enfin, celui-ci est figuré par la traversée du Jourdain, grâce à laquelle le peuple d’Israël a reçu le don de la Terre promise à la descendance d’Abraham, image de la vie éternelle

Pour tout chrétien, la référence pour le baptême est celui de Jésus par Jean le Baptiste dans le Jourdain, décrit dans l’évangile selon Matthieu 

Traditionnellement, ce qui fait le baptême c’est l’ablution d’eau (ou, mieux, l’immersion accompagné de la formule trinitaire et réalisé avec la bonne intention de la personne-ministre. Du fait de cette juste intention de la personne, c’est le Christ qui baptise

De nos jours, cette position demeure fondamentale ; le concile Vatican II réaffirme en effet ce point doctrinal important : « (Le Christ) est là présent par sa puissance dans les sacrements au point que lorsque quelqu’un baptise, c’est le Christ lui-même qui baptise. » (Constitution sur la sainte liturgie, n° 7)

Le Christ a proposé le baptême à tous pour que tous aient la Vie en Dieu. Il l’a confié à son Eglise, en même temps que l’Evangile, lorsqu’il a dit à ses apôtres :

 Allez de toutes les nations faites des disciples, baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19-20)

Le mot « baptême » vient d’un verbe grec qui signifie « plonger, immerger ». Être baptisé, c’est être plongé dans la mort et la résurrection du Christ, c’est un rite de passage. Configurés au Christ, nous devenons fils d’un même Père et frères de Jésus-Christ, par l’esprit saint. Le baptême est le sacrement de la naissance à la vie chrétienne : marqué du signe de la croix, plongé dans l’eau, le nouveau baptisé renaît à une vie nouvelle. Devenu chrétien, le nouveau baptisé peut vivre selon l’Esprit de Dieu.

La célébration du baptême a son point culminant dans le bain d’eau accompagné de cette parole, cette formule trinitaire :

Je te baptise au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit

Qui peut baptiser?

De façon générale, tout le monde peut baptiser une autre personne. Même un non baptisé peut le faire, pour peu qu’il prononce la formule trinitaire et qu’il ondoie le catéchumène avec de l’eau ou l’immerge dans de l’eau

Si l’on est non-croyant ou non-pratiquant, peut on recevoir le baptême, selon ses propres croyances et sa culture ?

Oui

Ce rituel s’appuie sur une symbolique que Carl Gustav Jung et d’autres psychanalystes rapprochent de la vie intra-utérine, l’immersion évoquant tout à la fois la purification, la mort et la (re-)naissance

Nous proposons une cérémonie de l’eau universelle, non religieuse, en accord avec votre intention. Elle se pratique en groupe ou en individuelle

cérémonie-de-l-eau